L'humanité derrière la quasi perfection

Tout ce que se passe au club, les remarques, le comportement des membres ...

Modérateurs : etsague, serge, Messalia50, vevene57, makelena

Répondre
nipsca
Utilisateur
Messages : 68
Inscription : ven. nov. 16, 2012 3:59 pm

L'humanité derrière la quasi perfection

Message par nipsca » mar. mars 05, 2024 11:01 am

Salut tout le monde,

Mon compte à rebours jusqu'au 8 mars se poursuit et mon choix d'aujourd'hui surprendra sans doute, pour une 'féministe pure et dure' :)

Elles portent au plus niveau ce qu'on attribue aux femmes dans toutes les sociétés et cultures, ce par rapport à quoi elles seront inévitablement évaluées, jaugées, de leur naissance à leur mort: la beauté, l'élégance, la grâce, le charme. Elles inspirent les plus grands créateurs, elles font tourner une des plus grandes industries mondiales; c'est grâce à elles que les créations prennent vie, elles sont un régal pour les yeux, j'ai nommé :
les super top modèles. Elles sont belles, racées, magnifiques, sublimes et pourtant elles réussissent le tour de force de faire en sorte que leur beauté spectaculaire n'éclipse pas celles des tenues qu'elles doivent mettre en valeur ni le talent des créateurs de mode.

Elles le font avec tellement de grâce et de légèreté qu'on en oublie la discipline mentale et physique qu'elles s'imposent pour en arriver à donner un air de facilité fluide à une chorégraphie magistralement orchestrée. On en oublie les longues heures debout juchées sur des chaussures inconfortables, les régimes alimentaires draconiens, les interminables défilés et sessions photos à se faire crier des ordres, les changements de tenue en quatrième vitesse sans pouvoir souffler, la chaleur des feux des projecteurs, la fatigue des voyages incessants dont elles n'ont même pas le temps de profiter, etc, etc. Et on en oublie surtout le côté souvent assez sombre, les gestes ou commentaires désobligeants, voire pires, la jalousie des autres femmes et surtout, l'incapacité d'être considérée comme autre chose qu'un objet de luxe et de convoitise.

Certaines se démarquent toutefois du lot par leur charisme, leur personnalité qui ressort. Celle qui m'a marquée dans les années 1990 est une montréalaise (mon petit côté nationaliste sans doute), fille d'une mère allemande et d'un père pakistanais, qui a du surmonter de nombreux tabous pour faire une brillante carrière qui l'a propulsée au panthéon des plus grandes. Elle est considérée, à ce jour encore, comme la championne du 'catwalk': Jazmeen Ghauri.
Image
Répondre