A la lumière de ce que nous savons.

Tout ce que se passe au club, les remarques, le comportement des membres ...

Modérateurs : etsague, serge, Messalia50, vevene57, makelena

Répondre
scrabblier
Utilisateur
Messages : 212
Inscription : ven. déc. 30, 2016 9:46 am

A la lumière de ce que nous savons.

Message par scrabblier » mer. oct. 25, 2023 8:28 am

A la lumière de ce que nous savons de ZIA HAIDER RAHMAN

C'est ma lecture du moment... plutôt que de vous donner mon avis :

« Un premier roman incroyablement abouti. Rahman apparaît d'emblée comme un raconteur d'histoires puissant et subtil, témoignant d'un sens du détail dramatique. Il sait exprimer les blessures, le surgissement de la honte, par le biais de paraboles saisissantes. A la lumière de que nous savons peut être qualifié de ce que Salman Rushdie a un jour appelé « roman total : accueillant, chaleureux, polémique, expérimenté, cérébral. » James Wood, The New Yorker.

Avant chaque chapitre, l'auteur livre des écrits, je vous en cite quelques uns.

"Cette affaire est trop abstraite, nos vies qui représentent autre chose. Nous savons simplement que nous ne voulons pas qu'elles ne représentent rien. Alors nous fonçons tête baissée pour devenir des héros, devenir le magnat glorifié de Wall Street, la rock star ou l'exceptionnel avocat des droits de l'homme. Il s'agit de faire que nos vies représentent quelque chose que notre intelligence peut saisir, en nous évitant d'affronter ce que nous craignons être vrai – ou ce que nous craindrions, si nous nous en donnions l'occasion -, à savoir que nous sommes des morceaux de chair accidentels, de la viande dénuée de sens." (zia haider rahman)

"J'ai appliqué mon cœur à connaître la sagesse, et à connaître la sottise et la folie ; j'ai compris que cela aussi c'est la poursuite du vent. Car avec beaucoup de sagesse on a beaucoup de chagrin, et celui qui augmente sa science augmente sa douleur." (Ecclésiaste)

"Ne ferions-nous pas mieux, les uns et les autres, de renoncer à comprendre, d'accepter le fait qu'un être humain n'en comprendra jamais un autre, la femme son mari, l'amant sa maîtresse, les parents leurs enfants ? Peut-être est-ce pour cela que les hommes ont inventé Dieu... un être capable de comprendre." (Graham Greene)


Il y a en a bien d'autres mais je ne souhaite pas abuser.

J'ai consacré un autre message au texte de Winston Churchill qui figure dans le livre.
Répondre